Accueil

Danièle Sarrazin pratique la Reliure d’Art depuis 1987. Parallèlement à son activité de « libraire d’ ancien », elle restaure et relie selon la tradition.

La fleur d’or

En 2000, après une formation auprès d’ Alain Lobstein et selon son désir de se spécialiser en reliure papier, elle affine ses réalisations en bradel de luxe et commence la confection de  » livre-blanc », activité qu’elle ne quittera plus, trouvant dans cette pratique une voie de création artistique qu’elle ouvre encore en 2007 par la fabrication de « papier à la colle » selon une autre grande tradition de la reliure artisanale.

Un chemin de reliure qu’elle aime poursuivre en associant à l’objet-carnet les réalisations d’autres artistes.

Son évolution actuelle l’ amène à concevoir chaque carnet créé comme un espace poétique. Les pages blanches constituant le « corps de l’ouvrage » deviennent le support d’ une création plastique, espace neutre, élaboration d’ un vide-médian par le geste artisanal toujours renouvellé, une assise dans la lumière tamisée de la page.

L’ objet est prêt pour la rêverie d’ une « couvrure », y trouve son unité .Ce carnet qui pour l’ autre sera rempli de densité quelle que soit son usage. Certains laissent les feuillets vierges. Le carnet devenant par le souffle qui le traverse ce  » livre d’artiste » éphémère et immanent comme l’ a voulu sa créatrice.  Chaque reliure offrant une structure mobile ouvre sa porte naturelle vers d’ autres univers… inclusion dans la sphère…petits totems sur leur socle…anneaux qui enserrent…boîtes qui protègent…

Danièle Sarrazin nomme ses dernières créations (2019) : « Fragments du Mur ».


Pour tous les voyages, ceux d’un bout du monde et ceux au cœur de l’intime. Pour l’écriture de l’ailleurs, ces pages blanches reliées-main.

Travail artisanal, longue et minutieuse élaboration : Bradel de luxe, reliure soignée, j’ai choisi il y a longtemps cette forme- là, aimant la pureté des lignes, la solidité de la structure mobile et son accueil très doux de tous les papiers.

La vague “Hourtin-plage, un songe à la tombée du soir, entre douceur et violence…”

Alliance de la tradition, Vergé, Vélin mais aussi tout matériau, qui au gré de mes périples, citadins ou chemin de nature, s’invite dans la parure de l’ouvrage.

Très ancienne technique de décoration : de la colle, des pigments…Terre de Sienne, Ocre jaune, Terre brûlée, la main, passante, patine un rêve…fragment de paysages…

Chaque carnet naît dans le silence et le creuset de l’Atelier, c’est mon propre voyage que j’offre : la reliure occidentale pousse son avantage du côté d’un Extrême-Orient où le Vide Médian s’installe.

Et je m’efface… place à Vous.



Nos cabanes.“ Balade en sous-bois, au bord du lac d’hourtin, aveuglée par l’or du couchant, surprise, j’ai buté sur ce mur…”